Language

Phase III et analyse des options de restauration de site minier

Nom du projet : Phase III et analyse des options de restauration de site minier
Ville et province : Sudbury, Ontario
Client : Vale (Inco)
Secteurs du client : Exploitation minière
Services : Hydrogéologie

Mandat

Ce projet de plusieurs millions de dollars a requis des évaluations techniques et environnementales en vue de l’étude de caractérisation complète de l’eau souterraine de 16 sites miniers et de traitement des minerais en Ontario. Cela a exigé l’installation et la mise à l’essai de près de mille puits de surveillance dans des morts-terrains et du substrat rocheux. Le but de ces études est de déterminer l’état de l’eau souterraine en vue de la préparation de plans de fermeture de mines, conformément au Règlement 240 et au Code de réhabilitation des sites miniers de l’Ontario.

L’étude consistait à identifier les zones sources possibles, comme les parcs à résidus miniers, les réservoirs de concentrateur, les fonderies et les affineries. La géophysique de surface a été employée à chaque site pour caractériser les vallées enfouies de substrat rocheux, qu’on supposait être la principale voie d'écoulement de l’eau souterraine. L’emplacement des puits de surveillance a été déterminé en fonction des zones sources, de nos connaissances des caractéristiques géologiques de l’endroit, de l’emplacement des bassins récepteurs à proximité et des renseignements obtenus lors des travaux de géophysique de surface.

Le forage des batteries de puits de surveillance s’est fait avec des tarières à tige creuse dans les morts-terrains peu profonds et au forage à l'air dans les morts-terrains plus profonds et le substrat rocheux. Des essais de géophysique des sondages (rayons gamma, conductivité, électromagnétisme) ont été effectués dans le puits de forage le plus profond à chaque emplacement de batterie afin d’identifier les zones de conductivité élevée pour le positionnement des puits moins creux. Les batteries de puits de surveillance consistaient habituellement en un puits de contact de substrat rocheux qui traversait la zone de contact des morts-terrains et du substrat rocheux et allant jusqu’à des profondeurs dépassant généralement les 30 m sous la surface du sol, et des puits plus superficiels situés au-dessus du puits de contact et de façon à croiser les zones perméables (sable et gravier) ou les zones de conductivité électrique élevée relevées lors des études de géophysique des sondages. Tous les puits de surveillance ont été préparés, et on y a prélevé des échantillons pour détecter divers paramètres inorganiques pouvant signaler l’impact de l’exploitation minière de métaux communs. Chaque puits a également été soumis à un essai de réactivité afin d’obtenir des données sur la conductivité hydraulique.

WESA a aussi procédé à des évaluations en vue de la restauration à plusieurs de ces installations. Ces évaluations allaient servir à identifier les options d’atténuation des impacts et à préparer une estimation des coûts de catégorie D pour chacune de ces options.

Scroll to Top